Actualités

Revivez le débat "Écrits de nature"

 

animé par Yvon le Men avec Alexis Gloaguen, Patrick Laupin, Yvon Le Men et Paul de Brancion

Festival Étonnants Voyageurs de St Malo
Edition 2018





 
 
 



 






Paul de Brancion et Philippe Busser
"Tu veux savoir comment j'm'appelle ? "

Texte de Paul de Brancion. 
Lu par Laetitia Auclair.

Création sonore avec Philippe Busser

Dans le cadre de l’exposition « Mon nom est personne » au CNEAI Pantin (avril 2018) lecture perforée d’anonymat moucheté. Absentés du nom nous ne sommes pas présents. La mouche - drone de volatile - indique, s’immisce, bourdonne, vrombit, mais elle n’est pas là. C’est ce qu’on entendra.

Création sonore diffusée au CNEAI de Pantin le samedi 14 avril 2018.

https://soundcloud.com/ph-busser/tu-veux-savoir-comment-jmappelle

Tu veux savoir comment je m’appelle

Ne sais rien de moi

A fallu tenter passer de l’autre côté des nuages
du nom 
Etat civil à profusion

Choisir de choisir l’embranchement
Brancher soi même
se pendre à la juste ligne des noms

parti d’ailleurs

Première publication avec prête nom
Deuxième aussi

Troisième 
Vrai patronyme

révolution

On vire les rallonges
Les postiches
Les succédanés

Les autres aussi

Et c’est parti la cuisine

Editeurs pas contents on doit fonder sur

l’objet auteur 
doit être connu reconnu
Pour vendre évidemment
Interdit de changer de nom d’auteur
en cours de route

Mais c’est pas tout

Est-ce que en étant soi
on est pas aussi anonyme
qu’en l’étant pas ?
Voilà

Bifurquer
jusqu’à s’absenter de ça /soi
enfin de sa création

Car la question se pose
Ces choses que l’on produit
Au dessous ou dessus desquelles 
On signe

Sont elles « nonymes »
Ou
« anonymes » ?

Les collectifs de créateurs

Les choix éditoriaux fondées sur :

Il a elle a un nom connu/ inconnu
je publie je prends je soutiens 

ou non

souvent
z’ont même pas lu
z’ont rien senti

mais s’entichent du nom de …
X est très connu
Ce qu’il ou elle
Fait

Est superbe
C’est un grand poète
Un grand peintre
Un génial penseur
Un romancier fascinant

Les « on ne signe pas »

Singes anonymes du XVI ème XVII ou XVIIIème
ou même du Moyen Âge
Sans compter tous ceux de l’époque 
où on n’écrivait pas encore
on racontait
on criait

Et puis les trou-badours

Et on sait pas qui c’est

Qui sait qui sied
Qui cède
Qui s’aide
Qui assume 
S’obstine à être celui
Que l’on ne
reconnaîtra pas

Sans nom c’est balaise
Plus d’égotisme
d’emmerde
de com
de « marchandisation »

C’est presque la situation du livre de poésie
aujourd’hui 
s’il se refuse à : au
méta… hululement
A la performance
A la doxa
A la transversalité
A la pédago-gi-tation
A la faculté
A l’université
A la capacité
A la cogité
A l’égalité à la fricassée
A l’ergo somme

Reste l’ombre portée
dans le texte et ce qu‘il a 
d’essentiellement anonyme
Même si il y a un auteur 
Que l’on connaît

Le texte littéraire est « anonymé » 
Par son caractère universel

S’il y parvient

efface les violences les douleurs
de ne pas être connu reconnu
Ça n’a plus trop d’importance

Enfin tranquille

Ouvrage 
Don de sperme anonyme

Naissance sous X
anonyme

Hypocrite lecteur anonyme
Mon semblable anonyme
Mon frère anonyme

Je préférerai ne pas

Moby dick anonyme

La Rimbe avec Verlaine
Auraient-ils pu sous Staline
Vivre dans un appartement communautaire
Russe
Avec Akhmatova ?

Lui auraient fait la cuisine
le ménage

L’œuvre de kafka brulée anonymement
remplacée par une autre

Max brod substituant
Un autre Château au Château
Ça aurait de la gueule

Les anonymes alcooliques
Ceux qui ne boivent plus
Les SDF anonymes
Les SNF sans noms fixes
Les écrivains surannés
La BNF
Les poseurs
porteurs craintifs de pseudo
 de pseudos pseudos
Les nègres porteurs d‘écrivains qui payent
Les…

Les plumes de ministres
qui tendance
se font un nom après

Les rédacteurs de pétitions
anonymes

Les économistes anonymes consternés
les pic et pic et calligrammes
bourre et bourre et rata Tam

Les chauffeurs de Proust anonymes

I would prefer not to
Les bartelby anonymes

Ainsi la route est longue 
Et la gloire posthume`
hypothétique et courte

Il y a aussi les inconnus
Le soldat
La femme du soldat
Les inconnues anonymes
Et les inconnus reconnus

Ceux là on perdu
quelque chose

On peut avoir un nom
et s’abimer en ce non de nom
Il faut que le nom soit juste

— Dis moi comment t’appelles tu ?
— Tu veux savoir comment je m’appelle

Tout le monde n’a pas
La chance
D’êtres né sous X
Tout le monde n’a pas
La joie
Le bonheur d’être nez d’une PMA
Tout le monde n’a pas la chance
D’être avorté
Les mots sont anonymes
Le soldat couché sous l’arc de triomphe
Est anachroniquement inconnu

Les non dupes errent
Les pères non dupes
Les fils aux paires
Les nique ta mère
Les mères de tout
Les filles de rien
Les filles mères
Les nom de nom
Les fils de putes 
Les nom de chien
Les mouches à mouches 
Les bourdonnements volatils

Sous la poigne de fer japonaise
1910
Les coréens colonisés n’avaient plus droit à
Leur patronyme

Abrogé
Il devait laisser place 
à un nom japonais
adopté d’autorité
plus de langue non plus

classique
pas un réconfort

Les fosses communes
Sont elles sceptiques
et réciproquement
Mozart figaro si
Figaro là
la

La Divine comédie est-elle comique ?
Dante avait-il mal aux dents ?

mal d’enfer

Les mots sont anonymes
effacés par le sens
Les vivants le sont moins

Les funérailles nationales
Sont elles gage de postérité
Hugo le discret
a-t-il dynamité
la poésie contemporaine ?
Baudelaire t-il inventé 
La poésie en prose ?
Ou bien c’est Rabelais 
Ou Jean Bodel

On se souvient de ceux là
On se souvient aussi de Villon et des autres
Mais tant et tant demeurent inconnus dans l’anonymat du temps.

« Ouvre moi cette porte
Où je frappe en pleurant »

La porte Bordel !


Paul de BRANCION

(dans la série Crash Textes)

Pour lire la suite, cliquez ici

Si vous n'avez pas pu suivre l'émission "Des mots, une voix" en direct, retrouvez-la en cliquant sur l'image ci-dessous :




 


--------------

Retrouvez une note de lecture de Ma Mor est morte et de l'Ogre du Vaterland dans le tout dernier numéro de la revue Europe. (Extraits à venir)


 


--------------------

Vendredi 20 octobre s'est tenue la première 


de "Polkas@Cneai" organisée par Sarrazine -Paul de Brancion-, les editions Éditions-lanskine -Tourné Catherine- et Sylvie Boulanger, directrice du CNEAI. 
Intitulée, Tiny Algorythm cette première édition s'inscrivait dans le cadre de l’exposition du CNEAI « The House of Dust by Alison Knowles» . 
Des poetes, autour d'un algorithme composé d'une couleur, d'un chiffre et d'une direction, collaborent avec un artiste, artisan, cinéaste, danseur.... tout est possible. 
Ainsi Paul de Brancion a proposé un texte et une installation musicale avec Elise Alberti (artwork consultant chez Muzéo) et Mathieu Langer (à la flûte), Virginie Poitrasson a lu des textes et des bean shooter avec l'aide de Gilles Weinzaepflen. Les spectateurs ont pu être partie prenante de cette prestation. Frank Smith a réalisé une performance traductive, Rim George Battal-Hascoet et Sébastien Kieffer ont proposé une plateforme pour allaiter et faire l'amour et avec Gérôme Fitoussi, un film algorythmique... Vous retrouverez prochainement une vidéo de ces prestations puisque la soirée a été filmée par Hervé Colombani. De la bonne humeur, des surprises et des moments d'émotion que nous envisageons déjà de renouveler dans une prochaine édition dont nous vous tiendrons bien évidemment informés.
l

 le film de la prestation DAZ


Lu dans le numéro 547 du magazine Cheval Magazine

 



Retrouvez un extrait du séminaire Fresh Poésie qui s'est tenu à Pantin le 12 juin 2017

Lu sur le site Traversées : https://traversees.wordpress.com/2017/05/02/paul-de-brancion-concessions-chinoises-ed-lanskine-cll-linstantane-illustre-de-photographies-de-lauteur/



 


 



 

 

 


A lire dans la République des Pyrénées :

Une nouvelle vidéo est en ligne sur Youtube.

Elodie Bouygues s'appuie sur le livre de poésie
"Ma Mor est morte" pour son intervention
lors d'un colloque initulé "La parole empêchée" (avril 2014).
Pour visualiser cette vidéo, cliquez ici

 

La télévision koweitienne était présente - Voici son reportage : 

 
 


 

 
 
 
 

Cliquer sur le lien suivant pour écouter l'entretien de Paul de Brancion avec Yann Bachelet 
www.youtube.com/watch




 




J'ai le plaisir de vous informer que je serai présent 
le 

samedi 15 novembre 2014 à 17h



au 
SALON DES EDITEURS INDÉPENDANTS,

l'Autre livre 

Espace des Blancs-Manteaux

48 rue Vieille du Temple

75004 Paris



sur le stand des éditions Bruno Doucey

pour signer Ma Mor est morte


 



 

Paul de Brancion (organisateur), Armelle Leclercq, Nathalie Michel, Jacques EstagerMarie de Quatrebarbes et Corinne le Lepvrier participeront aux rencontres culturelles du Bois Chevalier les 22 et 23 juin 2013 à Legé (44).

Lectures, promenades poétiques mais aussi des concerts et des conférences sur le thème de "La mer qu'on voit danser" ponctueront cette 5ème édition. 

Nouveauté cette année : le Prix des poètes en herbes récompensera les meilleures poésies des élèves des communes environnantes.

Entrée libre et gratuite. Possibilité de se restaurer sur place.

Vous pouvez retrouver les détails sur le site des Rendez-vous du Bois Chevalier:
http://www.rendez-vous-du-bois-chevalier.com/

3ème mercredi de la sardine
3ème mercredi de la sardine
------------------------------------
flyer sarrazine 1" papiers lancement au café de flore
------------------------------------
marché de la poésie de Bordeaux_mars 2013
------------------------------------
lecture à la librairie Olympique_bordeaux
------------------------------------
les rencontres littéraires de la péniche_nantes


------------------------------------

Afin que les poètes unissent leurs voix pour défendre la poésie,

nous vous invitons

à une réunion débat

 

le 5 décembre de 17 à 19 heures

au café Le Bullier

22, avenue de l'Observatoire, Paris 14,

Métro Port Royal

 

 

À l’ordre du jour :

  • Une rapide présentation de l’association Union des poètes & Cie
  • Un échange entre tous : la situation de la poésie aujourd’hui
  • Que faire pour promouvoir et défendre la poésie vivante dans toutes ses composantes, sans exclusive 


  

Pour adhérer à l’Union des Poètes & Cie (association selon la loi de 1901) :

         Cotisation : 20 € à l’ordre de l’Union des Poètes/100 € pour les membres bienfaiteurs

         Adresse : 12, rue de l’Héronnière, 44000 NANTES

         Courriel : uniondespoetes@yahoo.fr

         Téléphone : 02 40 58 42 67



------------------------------------




------------------------------------

Poètes d'aujourd'hui en avant à la galerie de l' Entrepôt
le mardi 04 décembre à 19 heures 
7-9, rue Francis de Pressensé, Paris 14ème, métro Pernéty

A côté de poètes confirmés, de tout jeunes poètes diront également leurs poèmes.
Avec les poètes Claude Ber, Paul de Brancion, Jacques Darras, Bruno Doucey, Bronwyn Louw, Alice Machado, Thierry Renard, Manon Thiery, Matthias Vincenot et Vincent Zonca.

Entrée libre

Co-organisé par Matthias Vincenot et l'association "Poésie et Chanson Sorbonne", avec le soutien de l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV) et de son service culturel et Poésie en Liberté.

------------------------------------

                                              Les EDITIONS LANSKINE et l’association AICLA


 

ont le plaisir de vous inviter à une lecture poétique et musicale

le dimanche 28 novembre 2010 à 15 heures

à la Halle Saint-Pierre,

 2 rue Ronsard à Paris 18ème

 

 à l’occasion de la parution de :

·        Temps mort, Paul de Brancion

·        Je ne suis plus l'absente, Jacques Estager

·        Puisque Beauté il y a, Nathalie Riera

en présence des auteurs

 

jazz, blues, soul, funk

Christophe Alary, saxophone et Fabian Daurat, guitare, chant

 

 



La lecture sera suivie d'une signature

 



entrée libre et gratuite